Un cyber canular qui mène au suicide !..

  • Par jkiff
  • Le 11/02/2009
  • Commentaires (0)

 

Lori Drew a 49 ans et vit dans le Missouri, aux Etats-Unis. Elle est mère d'une fille de 13 ans, qu'elle aime énormément.  En 2006, celle-ci se chicane avec sa voisine, une adolescente du même âge. Alors Lori cherche à la venger...*

 Avec des amis, elle créé un faux compte sur le site myspace en se faisant passer pour un adolescent de seize ans, prénommé Josh. Sous cette identité, elle entre en contact avec « l’ennemie » de sa fille et se met à la séduire. Elle sait qu’elle est fragile et qu’elle est obsédée par les garçons.

 

 La correspondance dure plusieurs mois et se transforme en idylle virtuelle. Et puis Lori Drew y met fin brutalement, prétextant un déménagement. Elle conclue avec ces mots: « Le monde se porterait mieux sans toi ». Ainsi sonne sa vengeance.

Sauf que l’adolescente visée est dépressive. Blessée au plus profond d’elle-même, elle sombre dans le désespoir. Et finit par se pendre. Alors,  Lori Drew est inculpée pour association de malfaiteurs, harcèlement sur internet et viol des conditions d’utilisation de MySpace. Un cocktail qui peut rapporter 20 ans de prison.

 Le procès a lieu à Los Angeles, la ville où se trouve le siège social de MySpace, dont les patrons sont à l’origine de la procédure. A l’issue du verdict, la mère vengeresse encourt jusqu’à 300.000 dollars d'amende et 3 ans de prison. Mais elle fait appel et sa liberté ne devrait pas lui être retirée.

 Seuls trois chefs d’accusation – et franchement mineurs, vu la gravité des faits – ont été retenus. En gros : le viol des conditions d’utilisation de MySpace qui proscrit les usurpations d’identité. C’est écrit dans cet interminable message que l’on doit lire au moment de l’inscription. Mais personne ne le lit. Les choses vont peut-être changer.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.